Historique

Profile

Cadre légal – Ressources financières

Assemblée Générale- Conseil d’Administration

Départements

Laïs

Numérisation

Laïs

La Cinémathèque de Grèce a acheté, avec l’aide du Ministère grec de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et des Travaux publics (YPEHODE), l’ancien cinéma « LAÏS » situé sur la Iera Odos. Elle a l’intention d’y emménager son nouveau siège social.  Le projet de restauration du cinéma « Laïs » s’intègre dans le Troisième Cadre Communautaire d’Appui. L’étude pour la construction est déjà prête. Elle comprend une salle de projection de 300 places, une seconde salle plus petite, ainsi que des espaces spécialement conçus pour le Musée, la bibliothèque et les salles de lecture.
C’est sur cette surface de 2000 m² que sera transférée dans le futur la plupart des activités de la Cinémathèque. L’objectif est de faire du « Laïs » un centre moderne de recherche, de préservation, de reproduction et de projection de films mais aussi un centre d’études, de documentation et d’évènements culturels. Pour réaliser cette œuvre de longue haleine il faut l’appui de l’Etat. C’est seulement ainsi que les précieux fonds de la Cinémathèque deviendront accessibles au grand public et que les gens du cinéma en Grèce pourront bénéficier d’archives cinématographiques de niveau équivalent aux archives de nos homologues européens.  

L’INSTALLATION DE LA NOUVELLE CINEMATHÈQUE SUR LA IERA ODOS
 
 Le bâtiment à l’angle de la Iera Odos et de la rue Alexandre le Grand (odos Megalou Alexandrou), se compose d’un grand rez-de-chaussée d’une surface de 783m² environ. Ce dernier a abrité, suivant les époques, des entrepôts et des installations industrielles. Jusqu’en 2003 on y trouvait un dépôt d’hydrocarbures et un garage de réparation de voitures. Le cinéma « Laïs » était situé sur la terrasse de l’immeuble et on y accédait depuis une entrée indépendante donnant sur la rue Alexandre le Grand. Toutes les structures de construction de ce cinéma en plein air (les écrans, les dépendances et le bar, la cabine de projection, l’entrée et la cage d’escalier) ainsi que certains éléments de la décoration ont été conservés sur place.
 Ce cinéma en plein air appartenait au cinéaste Spyros Anestis qui possédait également le cinéma « Attikon » au Pirée. Il avait une capacité de 600 places. Il fut mis en fonction en 1948 et ferma ses portes en 1975 (tout comme bien d’autres cinémas), obligé d’arrêter ses activités devant l’avancée de la télévision. Si on s’en tient aux journaux de 1950 et de 1960, le « Laïs » avait dans son programme hebdomadaire, trois films et deux séances par jour. Des soirées en l’honneur d’acteurs et de musiciens furent organisées à intervalles réguliers et il y eu même pendant un certain temps des concours de beauté au niveau local. 
Le cinéma « Laïs » a été classé monument historique et possède deux caractéristiques. La première est d’être un bâtiment industriel au rez-de-chaussée. La seconde était l’existence d’un certain éclectisme dans le choix des films qui passaient dans ce cinéma populaire situé sur la terrasse de l’édifice. L’étude de construction essaye non seulement de respecter l’histoire du bâtiment, mais aussi l’histoire et l’identité du quartier dans lequel il se trouve. Les interventions sur le monument historique du « Laïs » ont été conçues de manière à ce que soient totalement préservés l’aspect architectural et social du bâtiment. Tous les éléments de l’architecture du cinéma à ciel ouvert sont donc conservés: l’écran, le bar, la cage d’escalier, la cabine de projection, les décorations métalliques et les lumières. Les façades du bâtiment sont également préservées sous leur forme originelle.  Les matériaux de construction (les moulures, les embrasures en métal et les décorations métalliques) sont sauvegardés et seront rebâtis. Les surfaces, les volumes, l’écran, l’entrée et l’extérieur de la cage d’escalier, les ouvertures « modernistes » sont restaurés tels quels.
Parallèlement, l’intérieur du bâtiment est spécialement aménagé pour accueillir les espaces de la Cinémathèque qui répondent aux normes modernes pour le son, l’image et l’équipement, normes s’appliquant d’ailleurs aux espaces dédiés au cinéma de qualité et aux cinémathèques des capitales européennes. L’équipement de cet immeuble a été conçu afin que les différents types de projection possibles (film, vidéo ou images numériques) puissent se faire soit dans les salles, soit dans la bibliothèque et les salles de lectures.
Cette option architecturale permet de rénover l’édifice tout en lui donnant un aspect entièrement moderne. La façade qui s’ouvre sur l’Iera Odos  a des lignes simples pour éviter de reproduire les décorations criardes des bâtiments alentours et qui détonnent sur le paysage de cette voie historique. A l’intérieur, la conception des espaces, le choix des matériaux, des couleurs et de l’éclairage ont pour lignes directrices: la sobriété architecturale, le caractère accueillant des lieux pour les visiteurs, les spectateurs et le personnel, mais aussi la fonctionnalité et la haute technologie pour les espaces de projection. 

L’ASPECT FINAL DU BATIMENT DU LAÏS
Après le réaménagement du bâtiment, seront livrés à la Cinémathèque des espaces fermés de 1.785 m² environ, repartis sur deux étages (un sous-sol de 482 m², un rez-de-chaussée de 783 m², un entresol de 346 m², une mansarde de 149 m²) et 700 m² environ de terrasse accueillant le cinéma en plein air.
Ces espaces comprennent : une salle de projection de 200 places, une autre de 60 places appelée « ciné club » et réservée aux membres de la Cinémathèque, un cinéma en plein air de 250 places, un musée du cinéma, une bibliothèque, une salle de lecture audiovisuelle, des archives audiovisuelles et des bureaux. Les locaux sont agrémentés aussi de 2 foyers et bars et d’un point de vente.